FacebookTwitterPartager cet article

Soupe de poisson du Ty Puns

 

Cette soupe est faite à partir de ce que l’on appelle dans le Morbihan, la cotriade du pêcheur.

Lors de leur retour de la pêche, les marins triaient le poisson noble destiné à la vente et gardaient pour eux les parties de pêche invendables qui passent aujourd’hui pour les connaisseurs pour être  les meilleures.

La cotriade doit son nom au breton « kaoteriad » (contenu d’une marmite).

Elle est aux Bretons ce que la bouillabaisse est aux Provençaux : un plat traditionnel de poissons, fruits de mer, légumes et aromates locaux.

En outre cette recette a le mérite de réhabiliter les poissons et les crustacés que nous devrions davantage manger pour sauvegarder la ressource des poissons sur-pêchés.

Elle nous est proposée par Brigitte du gîte écologique du Ty Puns. qui la tient de sa propre grand’mère, Nénéne.

 

Ingrédients pour 12 personnes (c’est quand même du travail, alors autant que cela profite à beaucoup de gourmets !!!)

  • Quelques poissons de pêche pas chers : rougets grondins, vieille, tacaud, ou toutes autres têtes de poissons plus nobles en fonction de l’occasion,
  • Crustacés : indispensables, quelques crabes verts de préférence pêchés soi-même sur la « côte »,
  • Si l’occasion se trouve, un jus de cuisson et des restes de crustacés plus nobles tels langoustines, araignée de mer, tourteau appelé « dormeur », homard ou langouste, jus de moules, tout est bon à utiliser. Il vous faut au moins un litre et 1/2 en tout, rajouter de l’eau si besoin.
  • Une poignée d’algues ramassée au bord de mer, ou donnée par votre poissonnier,
  • Quelques tomates fraiches ou en conserve,
  • Une petite boite de concentré de tomate,
  • 3 pommes de terre à purée,
  • 3 oignons,
  • 4 gousses d’ail,
  • Un verre ou deux de vin blanc sec,
  • Thym, laurier, un bouquet de persil plat,
  • Un filet d’huile,
  • Sel marin et poivre du moulin,
  • A servir à part : des croutons de pain de sarrasin frottés à l’ail,
  • Un peu de rouille,
  • Un peu de gruyère râpé.

La méthode :

Avoir 2 heures devant soi.

Rassembler les ingrédients très frais.

Prendre une cocotte un peu grande et profonde.

Verser le filet d’huile et cuire à feu vif, les oignons hachés, l’ail, les crabes vivants, les poissons entiers et les panures de crustacés, la poignée d’algues, mouiller avec les jus de cuisson, l’eau et le vin blanc.

Laisser cuire 10 minutes. Retirer les algues, et les plus grosses carapaces décortiquées.

Couper les tomates, les pommes de terre épluchées et rajouter les herbes

Laisser cuire encore une demi heure à couvert sans rajouter du sel.

L’ajustement de l’assaisonnement se fait si besoin seulement.

Prendre un gros moulin à légumes de préférence en métal (et rien d’autre, un mixer ne convient pas à la saveur et l’onctuosité de cette soupe…)

Écraser sans ménagement tous les éléments en mouillant régulièrement avec le jus de cuisson.

Recommencer l’opération pour bien extraire toutes les saveurs.

La soupe est presque prête.

Rajouter le concentré de tomates et écraser encore 2 gousses d’ail frais.

Ajuster seulement le sel puisque les éléments peuvent déjà être très salés.

Si besoin diluer avec un peu d’eau.

Servir bien chaude dans une jolie soupière accompagnée de croutons à l’ail, de gruyère râpé, de rouille.

 

Envie d’un petit dessert après ça ?

Complétez le menu breton avec un bon far (recette du Ty Puns ici !) !

Retrouvez le gîte Ty Puns (la maison du puits en Breton) sur www.ikinat.com, les annonces de locations de vacances écologiques et vertes ou directement sur le site de TyPuns.

 

Ces articles peuvent également vous intéresser !

26 juin 2012 Recettes et cuisine bio

Les commentaires sont clos.