FacebookTwitterPartager cet article

Sur Europe 1 lundi dernier, Jacques Pradel dans sa Question du jour a invité une personne travaillant chez Greenpeace à parler des OGM, sujet qui va être abordé dans le futur « Grenelle de l’environnement ». Cette personne plaide pour un moratoire sur la culture des OGM en France.

Ce monsieur dont je n’ai pas retenu le nom a asséné un certain nombre de vérités. J’en ai personnellement retenu qu’il fallait proscrire la culture, et l’ingestion de plantes contenant des OGM, que nous sommes bien fous et apprenti-sorciers que de vouloir modifier la nature …

Des études ont été menées sur des rats. Elles ont montré que les bêtes développaient (assez rapidement de surcroît) des cancers après avoir été nourries avec des aliments avec OGM …

Contrairement à ce que l’on nous dit, le fait de cultiver des plants d’OGM résistants à certaines maladies n’empêche pas l’agriculteur de recourir à l’usage de pesticides. Donc d’une certaine manière il y a le « double » de pesticides. En effet, la plante produit ses propres défenses contre les maladies et l’attaque de parasites, et nous la mangerions ensuite ?

Surtout il a insisté sur le fait que si des champs d’OGM étaient cultivés, il était complétement illusoire voire naïf de croire que l’on pourrait contrôler la non-prolifération de ces plants dans d’autres champs. Comme si l’on pouvait contrôler les pollens ! Moi ça m’a fait penser à l’intox que nous avons subi avec le fameux nuage de Tchernobyl qui n’aurait pas passé au-dessous de la France car « arrêté par les Vosges ». Et si l’on faisait cela, cela rendrait les choses irréversibles. On ne pourrait plus avoir de semences pures.

En Allemagne, ils ont interdit une variété d’OGM parce qu’on n’a pas assez d’études et de recul sur la non-nocivité de la plante sur l’homme. En France, on ne bouge pas …

Moi ça m’a fait froid dans le dos.

Ces articles peuvent également vous intéresser !

12 septembre 2007 Non classé

Les commentaires sont clos.