FacebookTwitterPartager cet article

affiche promised landRetour sur   » Promised Land  » vu au cinéma.

 

En deux mots : deux employés de la compagnie gazière Global (tout un programme !) Steve (Matt Damon, pas mal) et Sue (Frances McDormand très bonne) débarquent dans un patelin américain pour faire signer des baux aux propriétaires terriens, avec la promesse de faire fortune avec l’or qu’ils ont sous les pieds, à savoir du gaz de schiste. Pour les prospecteurs, cela promet d’être du gâteau. Évidemment cela ne va pas être aussi simple ….

 

On n’est pas vraiment dans un film dossier ou un film de dénonciation, dur et polarisé sur un point de vue unique et militant. Le film n’est pas cynique, ni accusateur. Ce n’est pas une diatribe qui opposerait les bons et les méchants.

 

Certes les éléments du débat se retrouvent bien exposés dans le film : indépendance énergétique des Etats-Unis qui fait que le pays ne sera plus  » obligé  » d’envoyer ses petits gars au Moyen-Orient pour protéger la route du pétrole, possibilité pour une région déshéritée, car désindustrialisée, de faire vivre et de redonner une dignité à ses habitants dépendants des subsides de l’Etat, rouleau compresseur de grosses compagnies qui usent de tous les moyens (argent, mensonges par omission, manipulation, …) pour parvenir à leurs fins, cause écologiste qui dénonce tout cela et qui met en avant les conséquences des forages (pollution de l’eau, saccage du paysage, …), …

 

Au milieu de tout ça, il y a donc Matt Damon qui joue le rôle du gentil dans le camp des méchants. Bon gars, lui-même traumatisé par la ruine économique de sa ville natale, il est convaincu que le gaz de schiste est une manne pour tous ces braves gens, leur seul espoir pour s’en sortir, payer des études à leurs enfants, garder la ferme familiale, continuer à vivre  » à l’américaine  » et à consommer.

 

Il est empathique. Il est comme  » eux « . D’ailleurs il a aux pieds des croquenots  » made in U.S.A  » qu’il tient de son grand’père, c’est dire s’il est conservateur et authentique !

 

Sincère, il ne comprend pas, lorsqu’une résistance s’oppose à ses beaux arguments, qu’on puisse considérer les choses autrement, avec d’autres valeurs.

 

Sa collègue, elle, est plus cynique et lucide.  » It’s just a job !  » lâchera-t-elle, car elle n’y met pas autant d’affect que lui.

 

La fin du film est attendue. C’est un film américain, hein ! Donc il faut qu’il y ait une happy end et des bons sentiments.

 

Matt Damon va avoir une prise de conscience éclair (un peu tirée par les cheveux, je trouve), et, à mon avis, plus guidée par une blessure d’amour-propre que par une réelle prise de conscience écologique. Mais je ne vais pas tout dévoiler du film pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu.

 

Il reste qu’il y a beaucoup de sensibilité dans le film.

 

Les paysages sont filmés magnifiquement et on se dit, bien sûr, qu’il serait bien dommage que ces paysages soient abîmés par des puits de forage,  des ballets incessants de camions comme on le voit dans le documentaire diffusé sur Arte, la malédiction du gaz de schiste.

 

Ce film qu’on ne peut pas qualifier de  » à charge  » ne pourra que conforter les opposants à l’extraction par fracturation du gaz de schiste. Ceux qui n’y connaissent rien, ou pas grand’chose, trouveront peut-être quelques éléments de réflexion. Les convaincus que c’est l’énergie salvatrice pour notre avenir ne pourront être qu’exaspérés qu’on puisse mettre en balance l’économique versus la protection de la nature et de l’environnement.

 

Et nous en France ?

 

Carte des permis de gaz de schiste en France

Carte des permis de gaz de schiste en France
Source : www.durableo.fr

 

Chez nous, l’exploitation du gaz de schiste via le système de la fracturation hydraulique est interdite au nom des risques environnementaux.

J’imagine que les opposants à ces forages, qui sont dans le sud de la Lozère, le sud de l’Ardèche, le nord de l’Hérault, le Gard, et une partie du Nord-Est de la France s’en réjouissent.

On peut donc profiter tout à loisir de ces belles régions sans craindre de voir le genre de paysage ci-dessous, où la pollution n’est certainement pas que visuelle :

extraction gaz de schiste

© D.R.

Pour profiter en toute sérénité de locations vertes, quelques adresses :

- Gîte écologique en Ardèche, le nid des Anges.

- Le Mas Novis dans les Cévennes : gîtes écologiques.

- Chambres d’hôtes à l’atelier d’Agonès au Nord de Montpellier.

 

 

 

Incoming search terms:

  • gaz de schiste en france (11)

Ces articles peuvent également vous intéresser !

30 avril 2013 Lu, vu, entendu, à bon entendeur salut !!

Les commentaires sont clos.