FacebookTwitterPartager cet article

L’agence locale de l’énergie de la communauté d’agglomération Arc de Seine a organisé le samedi 17 octobre 2009 la visite d’une maison passive, et même à énergie positive, à Issy-les-Moulineaux.

L’architecte et maître d’oeuvre Pascal Gontier nous a fait la visite fort instructive de cette maison qui se veut « un manifeste architectural » pour montrer que l’on peut construire non seulement « beau » mais aussi, surtout dans le contexte des changements climatiques que nous connaissons tous, avec une conscience environnementale personnelle aiguë, et des convictions, qui se traduisent de différentes manières.

L’idée générale est non seulement de construire « passif », c’est-à-dire une maison qui dépense le minimum pour être chauffée, qui est donc, en quelque sorte « autarcique », car elle est avant tout conçue pour lutter contre la déperdition calorique. Dans ce projet, il s’agit d’aller plus loin encore, pour produire plus d’énergie que consommé.

Comment tout cela se manifeste-t-il dans une logique de « développement durable » ?

Voyons d’abord, l’aspect « construction ».

C’est une maison en structure bois qui a été préfabriquée en Autriche (là où il y a un savoir-faire et une expérience dans la construction de maisons passives, qui situe la France à l’âge de pierre …). Ces panneaux ont été acheminées et montés sur le site en moins d’une semaine. Il paraît que cela a sidéré tous les passants.

Il n’y a donc moins de nuisances qu’avec une construction « conventionnelle » (nombreuses entrées et sorties de chantier, toupies de béton qui tournent, bruits divers, chantier sale générant de la poussière partout, gravats stockés dans un coin, …). C’était donc un chantier propre et non consommateurs d’eau (pour faire le béton, et autre ciment).

La plupart des matériaux utilisés sont naturels ou recyclables : ossature et parois en bois, ouate de cellulose et laine de bois pour isoler (par ailleurs ces isolants écologiques sont moins polluants pour l’air ambiant) ; les fenêtres sont en aluminium, recyclable,  malgrè tout gourmand en énergie de fabrication … mais indispensable compte tenu de la taille des baies (il faut bien faire des concessions, j’imagine, quand il y a des contraintes).

La maison sera chauffée par une pompe à chaleur. Un savant système va récupérer les calories de la nappe phréatique, va les réchauffer (ou les refroidir selon la saison) avec celles issues de l’air vicié, avant évacuation naturelle, avec un appoint géo-thermique.

Sur l’esthétique, là aussi rien n’est dû au hasard. Des grandes baies vitrées (triple épaisseur de vitrage) pour faire entrer le plus de lumière naturelle, et de calories solaires. Des cellules photovoltaïques intégrées dans la façade sud. Un jeu de lumière sera permis sur les bardeaux noirs (qui a dit que le noir n’était pas une couleur ?!). Un mur végétalisé qui sera auto-alimenté par les eaux de pluie, récupérées bien sûr, pour servir aussi pour des usages ménagers.

Sur le rendu final (car là il y a encore les échafaudages), chacun sera libre d’en juger. Personnellement, je trouve ça magnifique.

Tous ces préceptes mis en œuvre par M. Gontier reposent sur beaucoup de bon sens et sont en même temps très techniques. Ce qui est sidérant c’est de voir le contraste entre ce qui se pratique dans des pays comme l’Allemagne ou l’Autriche et la France, où l’on ne jure globalement que par le parpaing et l’électrique. Nous avons vraiment un gros retard à combler, des mentalités à faire évoluer, des a-priori à combattre.

Nous avons néanmoins là un témoignage encourageant que l’on peut construire beau, sain, et engagé dans un milieu urbain, car là n’était certainement pas la moindre des difficultés.

A la question posée du sur-coût de fabrication, l’architecte l’a estimé de 10 à 15 %. Pas si énorme au final, au regard des économies qu’une éco-conception peut favoriser et peut-être même avant tout pour le confort et le bien-être des habitants de cette demeure.

Photo de la façade sud avec ses grandes baies vitrées :

Photos de l’intérieur où l’on voit l’ossature bois et les panneaux en bois, ainsi que le plafond en bois strié :

Vue vers l’extérieur avec les lames de bois :

Photo vue de la rue (on voit à gauche le futur mur végétalisé qui va protéger la maison d’un vis-à-vis, ce qui sera plus agréable pour le voisin qu’un joli mur en béton !) :

Ces articles peuvent également vous intéresser !

19 octobre 2009 Construction écolo

Les commentaires sont clos.